Candidature spontanée

Candidature spontanée

Photo by Pixabay.com

Chercher un nouvel emploi suppose d’ouvrir un maximum de pistes pour multiplier les opportunités et les chances de réussir. Envoyer une candidature spontanée fut longtemps le moyen privilégié pour (re)trouver un job. Ce processus est peu à peu abandonné parce qu’il apparait trop souvent comme un synonyme de temps perdu et d’inutilité.

Ce n’est pas candidature spontanée en elle-même qui est sujette à caution, mais plutôt la manière dont on l’utilise.

Il y a encore quelques années, faire des candidatures spontanées équivalait à prendre un annuaire, lister les entreprises et envoyer à chacun un CV générique avec une lettre formatée, le tout sans aucune originalité qui fasse sorit du lot, ni votre interlocuteur ni vous-même.

Alors là, je vous l’accorde, cela n’a aucune espère d’intérêt, sauf si vous voulez mettre en œuvre les pires moyens pour échouer.

La stratégie d’échec ! Tout un univers qui permet de se dédouaner. J’essaie, je me tue à postuler MAIS les entreprises ne veulent pas de moi ! Cela ne se passe plus ainsi depuis belle lurette mais les us et coutumes ont parfois la vie dure. Pour qu’une candidature spontanée ai quelques chances d’être examinée, il faut qu’elle soit comme le fil que l’on veut rentrer dans le chas d’une aiguille, adapté au dit chas. Inutile de postuler dans un univers ou une structure si vous n’apportez pas la preuve que vous allez être bénéfique et porteur de développement.

L’entreprise, TPE ou multinationale, n’a que faire des candidats qui ne la reconnaisse pas dans sa spécificité, et surtout qui ne lui apporte pas de solution pour progresser.

Mais heureusement, on peut trouver des tutos à ce sujet, avec les principales étapes pour bien préparer votre candidature spontanée, et surtout l’envoyer au bon endroit et à la bonne personne.

N’hésitez pas à les chercher et à contacter avec les auteurs, ça pourra bien vous aider.

Related Posts