Expérience professionnelle : Tout écrire dans le CV ?

Expérience professionnelle : Tout écrire dans le CV ?

Photo by Pixabay.com

Trop souvent encore, les chercheurs d’emploi sont persuadés que le CV doit retracer l’intégralité de leur expérience professionnelle. Genre, vous jurez de dire la vérité, rien que la vérité, toute la vérité, levez la main droite et dites Je le jure…

Du coup, fort souvent, on voit des trentenaires évoquer leurs stages ou autres petits jobs dans leur CV, alors que leur parcours comprend bien assez d’atouts pour être remarqué.

Certains me disent qu’un petit boulot, une mission d’intérim ou un CDD permet de montrer qu’ils ne refusent pas de travailler, même dans la précarité. Certes… D’autres avancent que grâce à ce type d’informations, le recruteur constate qu’il n’y a pas de « trous » dans leur expérience professionnelle.

Comme si une période de chômage était devenu une tare indélébile. Bizarre et atterrant à une époque où chacun de nous, de l’employé jusqu’au cadre supérieur, peut connaître des périodes d’inactivité involontaires.

Alors ? Jobs et intérim ? Que faire ?

Tout d’abord, sachez que dans un CV, les dates à indiquer sont les années et non les mois. Cela peut déjà résoudre une partie de votre problème. Imaginez que vous ayez été licencié en 2012 et que vous ayez retrouvé un job en 2013, inutile d’indiquer que vous avez quitté le premier poste en janvier 2012 et que vous avez trouvé le suivant en décembre 2013… Pourquoi ? Parce que VOUS N’ÊTES PAS OBLIGÉS DE LE METTRE et que c’est le rôle du recruteur de vous le demander…
Idem si vous indiquez une mission d’intérim, intéressante pour le poste à pourvoir. Ne mettez pas les mois, simplement l’année, pour les mêmes raisons que précédemment.

Je sais. Ce que je vous dis dérangera beaucoup de RH qui aiment bien qu’on leur donne toutes les informations rôties dans le bec. Mais sont-ils fair-play avec vous ? Non. Répondent-ils à vos lettres de motivation SYSTÉMATIQUEMENT ?Non. Ne soyez pas plus royaliste que le roi, par pitié.

Vous êtes jeune ? Vos stages vous sont utiles. MAIS N’INDIQUEZ JAMAIS QU’ILS ONT ÉTÉ DES STAGES. Comme on ne met jamais CDD, Intérim, CDI… Vos jobs d’étudiant sont importants. Vous montrez ainsi votre motivation, vos sens des responsabilités, votre implication à prendre votre destin en main. Vous ne rechignez pas à la peine, et que vous connaissez déjà la vie en entreprise.

Si vous avez suivi une formation durant votre période de chômage, et si elle a une réelle importance pour votre candidature, n’hésitez pas à le mentionner dans votre expérience professionnelle. Cela indique votre envie de progresser, d’apprendre, voire de vous reconvertir, donc votre adaptabilité et votre capacité d’entreprendre pour aller de l’avant. De même pour une activité intense au sein d’un association, avec des responsabilités similaires à un emploi « normal » et qui ajoutent de vrais atouts à votre profil. Et toujours, vous ne spécifiez jamais que cette expérience professionnelle s’est déroulée sous forme de bénévolat.

Enfin, si vraiment vous avez été en inactivité pendant longtemps et que vous avez occupé un ou des postes « alimentaires », précisez-le. Que le recruteur n’aille pas penser que vous l’avez fait de manière volontaire et non subie. Il n’est pas question de mettre en avant votre humilité ou votre abnégation, plutôt votre implication et votre sens des responsabilités.

Related Posts